Autour du Bourguet

Le Bourguet


Nous pénétrons sur des terres inconnues, ou presque. Nous sommes à la frontière entre le Var et les Alpes de Haute Provence, loin des grandes voies de communication. Le village est blotti au fond d'une petite vallée et entouré de collines boisées. Une petite route, la D252, y conduit les promeneurs curieux au départ de Castellane.
Pour y accéder depuis Comps au sud, on emprunte la route qui va à Trigance, et on l'abandonne en arrivant à Jabron pour la D52 qui part à droite juste après le pont. Au bout de 4km, on emprunte la D252 qui part à gauche et conduit au Bourguet.

Qu'est-ce donc ?

L'air y est vivifiant et pur, à 840m d'altitude, et la neige n'y est pas si rare que ça : les Alpes ne sont pas très loin. Le bâtiment le plus remarquable est l'auberge qui est l'ancien château style Renaissance (XVIIè s.) réhabilité. On y voit encore une poivrière surplombant la rue.

Le village n'est pas très vieux, probablement du XVIè s, même si la vallée était probablement habitée bien avant par quelques paysans. Car la communauté principale, le castrum médiéval de Bagarry, se trouvait sur une hauteur tout proche (alt. 1082m).

Dans la vallée, les Templiers y érigent une chapelle dédiée à Sainte Anne (XIIè s., inscrite comme Monument Historique). C'est à la fin du XVIè s. que ce village est détruit par les guerres de religion ; les habitants se retrouvent alors dans la vallée et développent le village actuel du Bourguet (le petit bourg).

Le village en lui-même ne mérite pas vraiment qu'on prenne sa voiture pour venir le visiter. Par contre, il est le point de départ d'une balade très intéressante et riche.

Un peu de marche

La randonnée commence à l'entrée du Bourguet. On traverse le village par la route qui mène à Castellane jusqu'à atteindre la chapelle Sainte Anne, accolée au cimetière communal. Cet édifice a été sujet à de nombreuses fouilles motivées par la quête du fameux trésor des Templiers. Jusqu'à présent rien n'a été trouvé, ni dans cette chapelle, ni dans celles que les Templiers ont érigées un peu partout dans cette région du Verdon.
A ce niveau, on emprunte le sentier qui part à gauche en longeant un champ et s'enfonce ensuite dans un petit vallon.

Après deux gués, on aboutit à une retenue d'eau qu'on longe par la gauche. Le sentier continue à s'enfoncer dans le vallon qui se rétrécit. Après un nouveau gué, un balisage bleu apparait sur les arbres. Il suffit de le suivre. Le sentier sinue avec le ruisseau, le passe à gué à de nombreuses reprises (5 ou 6 fois) avant de le quitter en grimpant en rive droite. Le balisage n'est pas très clair à ce niveau. On grimpe sur 15m pour le retrouver sur le sol. Le sentier continue à grimper dans la forêt puis à flanc de colline. Juste avant de traverser un thalweg, il faut emprunter le sentier balisé bleu qui monte à gauche (non tracé sur les cartes IGN). On remonte ce thalweg sur 150m puis le sentier balisé vire à droite pour grimper la colline à travers une zone de broussailles. On arrive ainsi jusqu'à la crête qui nous accueille avec un panorama magnifique sur les hauteurs alentours : on aperçoit le Lachens (1715m), le Teillon (1895m), le Destourbes (1543m), le Brouis (1590m), la crête de Crémont (1760m), la crête du Pic de Chamatte, et les sommets qui bordent le parc du Mercantour. Mais le plus impressionnant de tous est cet énorme masse calcaire qui se dresse juste devant nous, le Robion (1660m).

On longe la crête sur la gauche en suivant le sentier qui se transforme en piste. Celle-ci se divise rapidement en deux : on prend alors à droite dans la forêt pour se rapprocher du pied du Robion. 1,5km plus loin, on atteint la Basse de la Doux où aboutissent plusieurs chemins. Trois chemins partent en direction du sud-ouest : il faut prendre celui du milieu qui ne monte ni ne descend. 150m plus loin, on emprunte le sentier de gauche, balisé en jaune (panneau Le Bourguet). 1km plus loin on débouche de la forêt à une patte d'oie (alt. 1125m). Prendre à droite un bon sentier vers l'ouest qui offre une belle vue sur la Barre des Réglés, le Mourre de Chanier, l'entrée des Gorges du Verdon, les falaises de l'Escalès, le Margès,...
Le sentier descend ensuite un peu sur la gauche et reprend plein ouest en descendant. A cet endroit, il faut un peu chercher car il n'y a pas de balisage. Il finit par aboutir sur les ruines du Rocher de la Forteresse. Il s'agit d'une ancienne place forte, greffée sur un piton rocheux, dont il ne reste que quelques pans de murs. La vue plonge sur le château de Valcros, lieu central de la quête du trésor des Templiers.

Il faut ensuite revenir en arrière, en remontant sur la patte d'oie (alt. 1125m) quittée auparavant. A ce niveau, on prend le sentier qui descend vers le sud (balisage jaune) et retrouve la forêt. Un agréable sentier forestier (qui devient balisé bleu) contourne la colline en descendant gentiment. A une jonction de pistes (panneaux en bois), on prend à gauche en direction du Bourguet (balise vert-blanc).

Rapidement on débouche sur une grande prairie où repose la Bergerie de Saint Pierre. Celle-ci est en piteux état car à l'intérieur la charpente affaiblie est soutenue par des étais de chantier. En continuant 300m vers l'est on trouve un nouveau croisement. En allant tout droit (balisage vert-blanc) la piste amène directement au Bourguet en 2km.
En allant sur la droite, la piste (balisage bleu) contourne la colline au sommet de laquelle trônait le castrum médiéval de Bagarry. Elle passe à côté des ruines d'une ferme et se poursuit jusqu'à un relai de télécommunication. Juste avant d'y arriver, un sentier (bleu) plonge sur la gauche dans la forêt et en 1km tombe sur le village du Bourguet.

les photosvoir la carte

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla carte

photoscarte

© 1999-2018 MiD