Cascades de Sillans

Sillans-la-cascade


Sillans est un petit village paisible au croisement des routes reliant les Alpes aux bords de la Méditerranée. Depuis Brignoles et la N7, au sud, on y accède en passant par les villages de Carcès puis Cotignac. Depuis Draguignan, à l'est, il faut passer par Flayosc et Salernes.
On trouve un grand parking au carrefour de la route D22 venant de Cotignac, juste devant les remparts du village. De là, on traverse cette même route pour prendre une piste qui descend en direction de la cascade. On longe un grand pré, puis on prend sur la gauche un étroit sentier un peu cahoteux qui descend à la rencontre de l'eau et des grottes de tuf qu'elle a façonnées.

Qu'est-ce donc ?

Vous laisser envoûter par la féerie de la nature. Quand l'homme ne touche pas à la terre, c'est elle qui le touche, l'emprisonne, l'impressionne. En descendant la Bresque depuis le château de Bresc, vous vous retrouvez au coeur d'un vallon humide où serpente un ruisseau sous une frondaison dense et une végétation oppressante. Le sol y est en permanence humide et le soleil ne perce que rarement l'épais dais de feuilles qui plonge le fond de Roque Rousse dans une pénombre permanente.

Un peu plus loin, aux abords des remparts de Sillans, le ruisseau a eu le temps de se transformer en rivière et le voilà qui fait une vertigineuse chute de 42 mètres du haut d'une falaise de tuf dans un décor enchanté fait de rochers recouverts de mousses, d'arbres enlacés par le lierre, de bassins et de cascatelles. Un site féerique qui a peu à envier aux endroits merveilleux que l'on rencontre dans les récits de J.R.R Tolkien. Peut-être doit-on regretter les aménagements installés ces dernières années en vue de sécuriser et canaliser le flot de curieux et qui dénaturent le site.

C'est après les grosses pluies d'avril et de novembre que la cascade se pare de ses plus beaux effets.
Gonflée par les eaux qui ruissellent des reliefs alentour, la Bresque se jette du haut de la falaise dans un fracas assourdissant cependant que le soleil, ami intime de la nature provençale, vient peindre des arcs-en-ciel dans les embruns au-dessus des eaux bouillonnantes : par moment, on a même l'impression qu'il tombe des diamants, car il faut dire que la Bresque aime jouer avec le soleil. Tantôt à cache-cache sous les arbres et au fond des vallons, tantôt à troubler notre regard avec des effets d'optiques enchanteurs.

les photosvoir la carte

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla carte

photoscarte

© 1999-2017 MiD