Chapelles d'Aups

Aups


Aups est l'une des plus grosses bourgades du Haut Var, si ce n'est la plus importante.
On vient depuis le sud en passant par Salernes ou Sillans.Pour débuter la balade des chapelles, on peut laisser sa voiture sur le parking ombragé du centre-ville. On contourne alors la collégiale pour se rendre au collège. On emprunte alors le Chemin des Anges qui monte en longeant le collège. Une fois dépassé celui-ci, on continue la route à droite. Au bout de 300 mètres, on atteint la chapelle de la Trinité. On abandonne la route et le chemin se poursuit vers l'est. 200 mètres plus loin, on découvre les grottes. Puis, en passant entre la falaise et le grillage d'une propriété, on arrive en quelques minutes, par un chemin rocailleux, à la chapelle Sainte Magdeleine dont l'entrée se trouve dans un renfoncement du rocher.

Qu'est-ce donc ?

Aups semble tirer son origine de la racine pré-indo-européenne AUP/ALP/ALM. Celle-ci est notamment à l'origine du latin alpes qui a donné le nom Alpes. La valeur de cette racine est oronymique (montagne), ce qui correspond tout à fait avec la région d'Aups, dominée au nord par les Cugulons qui se prolongent par la barre des Chapelles de Vérignon. Et aussi par le fait que les romains avaient fait de ce lieu le passage reliant la Méditerranée et les montagnes.

Cette fiche descriptive est à associer à celle des Chapelles de Vérignon, car ces deux sites peu éloignés l'un de l'autre peuvent être visités au cours d'une même randonnée décrite dans cette autre fiche.

La chapelle Sainte Magdeleine a la particularité d'être en fait une grotte naturelle creusée dans le tuf calcaire. Les habitants en ont fermé l'entrée par un haut mur orné à l'extérieur, au-dessus de la porte, d'une niche qui devait contenir quelque statue de la sainte. D'une profondeur d'une bonne dizaine de mètres, large à l'entrée de 3-4 mètres, elle va en se rétrécissant vers le fond où se dresse un misérable autel fait de cailloux cimentés. Le lieu est agrémenté d'un plafond des plus chaotiques né de l'infiltration naturelle des eaux. De part et d'autre de la porte se trouve des bancs façonnés dans les parois et un bénitier. Le mur est pour le moins percé : la porte, un oculus au-dessus, un trou à droite dû à la détérioration, sans compter les multiples petits trous autour de l’oculus servant à recevoir les poutrelles d'un échafaudage.

On ne connaît pas grand chose concernant la chapelle Sainte Trinité. On peut noter des remaniements successifs de son architecture. Une porte à deux battants a été percée sur le côté. Ce genre de modification se retrouve dans les chapelles transformées en granges. Un borne miliaire a servi de moellon à la base d'un des murs.

Il existe d'autres chapelles dans le secteur proche, mais elles sont englobées dans des propriétés privées et donc non accessibles.

les photosvoir la carte

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla carte

photoscarte

© 1999-2018 MiD