Château de Valbelle

Tourves


Les ruines du château de Valbelle se dressent sur un plateau dominant l'agglomération de Tourves. On les aperçoit lorsque l'on emprunte la N7 qui passe juste à leurs pieds. Pour s'y rendre, allons dans un premier temps à Tourves, et par les rues du villages, un circuit monte aux ruines.

Qu'est-ce donc ?

C'est sur cette butte qu'au XIè s. vint se fixer la commune de Torrives après avoir quitté la butte voisine jugée trop petite : sur celle-ci, on y remarque encore les murs du castrum primitif, l'ancienne église dédiée à Saint Maurice (reconstruite au XVIIè s.) et une statue de la Vierge au sommet d'une aiguille rocheuse posée en 1867.

Tout au long de l'Histoire, la seigneurie passa entre les mains de différentes familles provençales jusqu'à celle de Valbelle à partir de la moitié du XVIIè s. Le plus connu des Valbelle est Joseph-Alphonse Omer, né en 1729. C'est lui qui en 1767 hérita du château ainsi que de nombreux titres des diverses branches de sa famille dont ceux de Comte et de Marquis. Il possédait aussi de nombreuses seigneuries en Provence. Il transforma le château à l'allure médiévale en une riche demeure apte à accueillir la noblesse française dont il faisait partie.

Amoureux des lettres, des arts et du luxe, il invitait les plus grands artistes et penseurs de la fin du XVIIIè s. (Diderot, Voltaire, la Clairon, Houdon...) et organisait d'extravagantes réceptions dont la renommée se répandait bien au-delà des frontières provençales.
En 1776, il fit bâtir la colonnade de style grec, que l'on voit encore de nos jours, devant laquelle on jouait des pièces de théâtre. En mémoire de son aïeul maternel, il fit ériger un obélisque de 24m de haut, réplique de celui de Sextius à Rome. On peut encore y lire la plaque de marbre qu'il a faite graver pour l'occasion. Au pied de l'obélisque s’étalait un magnifique parc à la française (il était beaucoup plus grand au XVIIIè s. que de nos jours), avec volière, statues grecques, romaines et égyptiennes, arbustes exotiques, pyramide... Les écuries qui jouxtaient l'édifice étaient d'une rare richesse et témoignaient de son extravagance.

Omer de Valbelle mourut d'apoplexie en 1778. Désirant être enterré dans la Chartreuse de Montrieux, il donna aux moines une partie de la forêt qu'il possédait aux abords du sanctuaire. Son tombeau était orné de quatre statues féminines sculptées par Houdon et Faussaty.

A la révolution, ces statues furent dispersées (Toulon, Draguignan, Fréjus et à la Sainte Baume). Le château, connu comme l'un des plus beaux de Provence, passa pour quelque temps dans les mains des Castellane jusqu'à ce qu'éclate la révolution. En 1792, il fut transformé en hôpital pour l'armée d'Italie, puis saccagé l'année suivante. Le riche palais et son jardin furent pillés par les habitants de Tourves qui emportèrent les belles statues et les matériaux de construction pour leurs propres habitats.
La fontaine de la place de la mairie n'est autre que l'urne qui ornait le jardin, de même que la fontaine aux mascarons occupant un angle de l'église. Le baptistère de cette dernière est un ancien lavabo du château.

De nos, jours, en se baladant au milieu des ruines, on peut encore s'étonner de l'importance des murs du corps de bâtiment et dresser la tête pour voir le sommet de l'obélisque. La colonnade est toujours là elle aussi, symbole de la richesse culturelle et artistique du siècle des Lumières ayant survécu à la folie de l'homme.

A côté

Au nord-ouest du château, en bordure du village, se trouve la Vacherie, qui est l'ancienne laiterie de Valbelle (ancien bâtiment médiéval transformé par le comte).

les photosvoir la carte

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla carte

photoscarte

© 1999-2018 MiD