N-D de la Vière

Carnoules


Pour se rendre sur la butte où trône la chapelle N-D de la Vière, il faut emprunter la route qui part du village de Carnoules et se dirige vers le cimetière. Elle se poursuit vers l'ouest au pied d'une colline puis bifurque vers le nord en escaladant un vallon. Arrivé en haut, on se retrouve à un carrefour de pistes. On peut laisser sa voiture là et continuer à pied en direction du sud-ouest. Un chemin s'engage sur la gauche et mène au site de Château-Royal / N-D de la Vière.

Qu'est-ce donc ?

Le sanctuaire dédié à N-D de la Vière, aussi dénommé N-D de Bon Secours, a été érigé au début du XIXè s. par le curé de l'époque. Celui-ci désirait remettre la main sur l'église de Château-Royal, N-D des Eyssies (on retrouve cette dénomination accolée à la chapelle Sainte Philomène de Puget-Ville), qui avait été achetée par un particulier au moment de la révolution. Or ce dernier s'obstina à refuser de vendre cet édifice et le laissa tomber en ruines. Déçu par une telle méchanceté, le curé entreprit d'ériger la chapelle que l'on voit de nos jours. Elle fut par la suite un haut lieu de pèlerinage comme en témoigne l'hôtellerie en ruines qui la jouxte.

Le nom de Vière pourrait (je dis bien "pourrait") venir du laurier-tin fréquent dans notre région. Cet arbuste est aussi appelé viorne, du latin viere signifiant "lier" car on utilisait ses rameaux souples pour confectionner des fagots et de la vannerie. Il n'était pas rare que l'on attribue au sanctuaire un nom d'arbre caractéristique de l'endroit où il a été érigé. Mais on remarquera aussi d'autres sites nommés ainsi, notamment les villages primitifs abandonnés (Vière d'Ongles, de la Rochegiron,...), le toponyme est alors à rapprocher de la notion d'ancien, de vieux.

 

Château-Royal

Lorsqu'on arrive aux abords du sanctuaire, on est tout d'abord accueilli par un chantier de fouilles archéologiques et de restauration des bâtiments. Le site fort ancien n'est autre que l'antique emplacement de la commune de Carnoules. En effet, on aperçoit tout autour de nous des pans de murs, reliefs du castrum médiéval nommé alors Château-Royal (Castrum Regale dans les textes anciens). 

Ces ruines dorment ainsi depuis de nombreux siècles, car le site fut déserté à la fin du XIVè s. à la suite d'un terrible incendie. Les habitants durent se reloger dans le village voisin de Pignans.
Les moines, propriétaires du castrum, eurent du mal à faire revivre les lieux, malgré une exemption d'impôt accordée par le Roi René (en 1475). Finalement, en 1520, Château-Royal fut totalement abandonné au profit du hameau dans la plaine, le Carnoules actuel.

les photosvoir la cartevoir les commentaires

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla cartevoir les commentaires

photoscartevoir les commentaires

voir les photosvoir la cartecommentaires

photoscartecommentaires

N'hésitez pas à laisser un petit commentaire concernant cette Merveille et à le faire partager avec les autres visiteurs du site.

Tous les champs sont obligatoires




Viviane, le 12 juillet 2020

Pour notre part on a jamais trouvé la route a. Refaire mdr

Sylviane, le 21 mai 2020

Nous avons fait la randonnée au départ de Carnoules jusqu'à Notre Dame de la Viere. Une très belle randonnée avec à l'arrivée un superbe panorama. Peu de ruines mais site très intéressant et agréable

Cris et Flo, le 18 février 2019

Tout simplement magnifique , une vue à coupée le souffle et des ruines qui racontent une histoire

© 1999-2022 MiD