Château d'Hyères

Hyères


Qu'est-ce donc ?

On aperçoit ses tours de très loin. Elles semblent se dresser du rocher même au sommet duquel le château est construit. Épousant parfaitement l'aspect conique du rocher, ce dernier s'élève en une succession de niveaux depuis l'enceinte principale percée d'une unique porte jusqu'au donjon, tout en haut, dont il ne reste rien si ce n'est son emplacement supposé. Entre, on trouve deux autres enceintes circulaires, des portes fortifiées. Ce n'est qu'après une raide montée à travers les étroites ruelles du vieux village que l'on atteint les ruines du château.
Ici, les banquets fastueux, les chevaliers et les dames ont laissé place aux chênes majestueux, aux mousses galopantes et aux visiteurs amoureux. Depuis l'emplacement où se dressait jadis le donjon, on jouit d'un panorama sur toute la côte, de Toulon au Cap Bénat, en passant par la presqu'île de Giens et les Iles de Hyères.

Par delà la première enceinte du château, se trouvent deux enceintes circulaires qui furent dressées au fur et à mesure que le bourg prenait de l'importance afin de protéger la population. D'ailleurs, demeurent quelques portes d'enceinte, ainsi que de nombreux édifices tels que la collégiale Saint Paul (XIIème siècle), église Saint Louis (ancienne chapelle des Franciscains du XIIIème siècle), la tour Saint Blaise (seul vestige restant de nos jours de l'importante maison templière qui s'était établie dans la région hyéroise).

Le château date en toute vraisemblance du XIème siècle et a pour fondateurs les seigneurs de Fos. Au début du XIIIème siècle, ils sont contraints d'abandonner le domaine à Charles d'Anjou récent comte de Provence. Celui-ci en profita pour réaménager le château qui avait souffert au cours des siècles précédents de l'opposition entre les seigneurs de Fos et les Comtes de Provence.

Il fallut attendre les guerres de religion de la fin du XVIème siècle pour voir le château à nouveau au coeur des prétentions de nombreux rivaux. Tantôt il se retrouvait entre les mains des catholiques, tantôt entre celles des protestants. Finalement, en 1596 le roi Henri IV s'en empara définitivement après des années de siège dont la ville avait sévèrement pâti. Courroucé d'avoir eu à combattre une telle résistance, le roi ordonna que l'on rase l'édifice. Mais il fut assassiné avant (il n'était pas aimé de tout le monde semblait-il). Son successeur, Louis XIII, ne s'en priva pas et le démantela. Cette décision explique le fait qu'aujourd'hui l'on ait du mal à se rendre compte de l'importance du site car de nombreux murs et tours furent abattus. Heureusement, tout au long de la visite, des pancartes sont là pour nous révéler, plans à l'appui, à quoi ressemblait le château jadis et où se trouvaient les puits, portes,...

les photosvoir la cartevoir les commentaires

photoscarte

Cliquez sur une photo ci-dessous pour l'agrandir

voir les photosla cartevoir les commentaires

photoscartevoir les commentaires

voir les photosvoir la cartecommentaires

photoscartecommentaires

N'hésitez pas à laisser un petit commentaire concernant cette Merveille et à le faire partager avec les autres visiteurs du site.

Tous les champs sont obligatoires




Anna, le 31 mars 2019

Partant du centre d'Hyères avec mon petit garçon, nous nous sommes régalés a découvrir toutes ces ruelles aux vieilles pierres, ces voûtes et bâtisses anciennes pour arriver jusqu'aux ruines du château. Ancien puit, portes du château et panorama magnifique nous ont enchanté. Magnifique site arboré qui laisse flotter un air mystérieux. Bonne balade!

© 1999-2022 MiD